Comment lever des fonds en amorçage ou pré-série A ?

comment lever des fonds

Dans cet article, vous comprendrez la chronologie du processus d’une levée de fonds en 5 étapes :

  1. La réalisation de la documentation investisseurs : le business plan (format Excel) et le pitch deck (format PPT).
  2. Le choix des investisseurs potentiels (VC, Corporate Venture, business angels…) en fonction de leur spécialisation ou de leur préférence en termes de secteurs d’activité.
  3. La phase de due diligence où seront audités les documents financiers et juridiques, l’équipe dirigeante, l’environnement (clients, partenaires, concurrents), les besoins en recherche et développement ainsi que la stratégie commerciale (branding, marketing, vente) de la startup.
  4. Les négociations des lettres d’intention et du pacte d’actionnaires.
  5. La phase de closing avec la signature du pacte d’actionnaires qui acte la réussite du processus de la levée de fonds.

Vous souhaitez être accompagné par un professionnel pour réussir votre levée de fonds ? Contactez-nous pour en savoir davantage sur comment lever des fonds.


Lorsque l’on crée une entreprise, le besoin de financement ou de trésorerie peut se manifester rapidement. La levée de fonds devient alors une préoccupation majeure des entrepreneurs, et parfois dès la création de la startup. En phase d’amorçage, les startups ont besoin de financer le prototype, le MVP et la phase test du produit/service sur le marché. En phase de pré-série A, lorsque la traction commence à se faire sentir, les entrepreneurs ont besoin de financer leur déploiement à plus grande échelle. Au-delà de la série A, les levées de fonds servent à financer la croissance et l’internationalisation des startups.

La levée de fonds est un processus long et exigeant auquel il faut se préparer. En effet, que l’on souhaite lever 300 000€ ou 2 millions d’euros, le processus par lequel passe les entrepreneurs et le délai de la levée reste le même.  

Définition de la levée de fonds

La levée de fonds est processus juridique et financier qui permet d’apporter des capitaux extérieurs à une entreprise grâce à l’intervention de nouveaux investisseurs. Les fondateurs obtiennent alors des financements à hauteur de leurs ambitions tout en conservant la majorité du capital et des droits de vote. Un arbitrage entre la somme à lever et la valorisation est réalisé car, plus la valorisation de l’entreprise sera élevée, moins l’effet dilutif de l’opération sera important.

Plusieurs techniques de valorisations peuvent être utilisées : multiples de chiffre d’affaires, d’EBITDA, DCF, prise en compte de l’actif incorporel, etc.

La levée de fonds permet de s’entourer d’investisseurs qui apporteront en plus des conseils. On parle alors de “smart money”. 

Comment lever des fonds en 5 étapes 

1 – Construire une documentation financière efficace

La documentation financière comprend entre autres le business plan et le pitch deck.

  • Le business plan doit être construit en fonction d’hypothèses d’activités réalistes et en accord avec les standards de marché. Il comprend un compte de résultat prévisionnel, un plan de financement ainsi qu’un tableau de flux de trésorerie mensualisé. C’est à partir de ce document que les investisseurs acquièrent une vision globale de ce qui a été accompli jusqu’à présent. On observe également le potentiel de croissance de l’entreprise. Le business plan doit être ambitieux et pragmatique. 
  • Pour le pitch deck, le fond compte autant que la forme. Le fond comprend une présentation de l’activité de l’entreprise, de son business model, de ses indicateurs d’activité, de l’équipe, du conseil stratégique ainsi qu’une partie financière. Au format powerpoint avec des termes précis et non-techniques, ce document doit être attractif La prise de décision des investisseurs s’appuie sur le pitch deck.

Pour les premiers contacts, il est intéressant de rédiger un teaser (une version allégée du pitch deck). La divulgation des informations doit être progressive.

2 – Contacter les investisseurs d’intérêt

La stratégie pour contacter les investisseurs peut être double. Il existe une stratégie quantitative qui consiste à contacter tous les investisseurs et les fonds d’investissement de la place. Il y a également une stratégie qualitative qui consiste à contacter uniquement les fonds ou les investisseurs spécialisés dans votre domaine.

Cependant, il est préconisé de cibler les investisseurs montrant un vif intérêt pour les startups de votre secteur d’activité. En effet, pour diminuer la prise de risque, les financeurs investissent principalement dans les secteurs pour lesquels ils ont plus de connaissances. Ainsi, l’entrepreneur doit faire ses propres recherches sur tous les fonds d’investissement de la place.

Il est préférable de déléguer cette tâche à un leveur de fonds. De plus, l’objectif est d’exclure les investisseurs ayant participé à la levée de fonds d’une entreprise concurrente. Il y a de grandes chances que le pacte d’actionnaires contienne une clause de non-concurrence. Même si cela n’est pas le cas, cela pose un problème de conflit d’intérêt.

Suite à une réponse positive d’un fond d’investissement, une lettre d’intention est négociée et signée avant d’attaquer la phase de due diligence.

Nous parlerons d’abord de la due diligence car la phase de négociation concerne à la fois les lettres d’intention et le pacte d’actionnaires.

3 – La phase de due diligence

Qu’est-ce que la due diligence ? L’étape de due diligence intervient lorsque la start-up a réussi à attirer l’attention des investisseurs. Les indicateurs d’activité, les éléments financiers et les documents juridiques seront audités. À cette étape, il faut être réactif face aux demandes d’informations. Durant le processus de due diligence, la solidité du business plan et de l’organisation de l’entreprise seront mises à rude épreuve. En effet, 6 points clé seront examinés :

  • La santé financière de la startup. Grâce à la due diligence, les investisseurs vont pouvoir comparer les informations entrées dans le business plan et les informations analysées par le cabinet d’audit. Le but est d’identifier les principaux postes de dépenses, le besoin en financement, la structure du capital, etc. Il y a également une analyse purement administrative des documents sociaux et fiscaux.
  • La santé juridique de la startup. Ici, les principaux documents juridiques de la startup sont audités. Il s’agit notamment des PV d’assemblée générale et des éventuels litiges.
  • Les besoins en recherche et développement. La politique R&D de la startup est observée pour identifier les besoins et vérifier la cohérence des coûts.
  • L’équipe dirigeante. Les investisseurs doivent tout savoir des fondateurs afin d’évaluer la pérennité de la startup.
  • L’environnement. Il faut comprendre les clients cibles, les concurrents directs et indirects ainsi que les partenaires actuels et potentiels.
  • La stratégie commerciale. Ici le branding, le marketing et les ventes de la startup sont audités afin d’estimer le potentiel de croissance.

4 – Les négociations des lettres d’intention

Un document important est négocié et rédigé au cours de cette phase. Il s’agit de la lettre d’intention (ou L.O.I (letter of intent) en anglais).  

La lettre d’intention reprend les conditions financières et juridiques de l’apport en capital des investisseurs. Il peut s’agir d’un investissement sous conditions suspensives comme l’assurance qu’il n’y ait pas de points insurmontables surgissant au cours de la phase de due diligence précédemment décrite.

Le pacte d’actionnaires est un document juridique reprenant les engagements du couple fondateurs-investisseurs. Plus la lettre d’intention aura été négociée en amont, plus la négociation du pacte d’actionnaire sera facilitée.

Il est indispensable de se faire accompagner par un avocat pour ces deux documents. Les frais engagés peuvent paraître importants mais sont négligeables face à une potentielle erreur.

5 – Le closing juridique

Le closing juridique est la dernière étape du processus de la levée de fonds. C’est la signature du pacte d’actionnaire.

Lorsque que les parties sont d’accord sur les conditions de la levée de fonds, l’opération peut avoir “matériellement” lieu. Pour une levée de fonds classique, actionnaires et investisseurs se réunissent en assemblée générale extraordinaire durant laquelle sera votée la décision de réaliser l’opération.

Il est possible que l’opération se fasse de manière plus légère sans convocation d’assemblée générale grâce à des instruments financiers tels que les BSA Air.

Comment lever des fonds – conclusion

Comme nous venons de le décrire, une levée de fonds est un processus chronophage, technique et exigeant. Par conséquent, se faire accompagner par un cabinet de conseil spécialisé en levée de fonds tel qu’Advimotion est très utile pour un entrepreneur.

Vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement pour organiser une levée de fonds ? L’équipe d’Advimotion reste disponible pour vous apporter des éléments de réponse supplémentaires sur comment lever des fonds.

Advimotion, votre partenaire de croissance.