Focus sur la méthode Quick and Dirty

entreprise levée de fonds

Vous venez de créer une start-up et les investisseurs refusent de vous financer ? C’est normal. Tant que le produit/service n’aura pas été testé sur le marché, aucun investisseur ne sera prêt à investir dans votre start-up. Mais, avez-vous entendu de la méthode Quick and Dirty ? Advimotion vous explique tout !  

Tout comprendre sur la méthode Quick and Dirty  

Traduit mot à mot, la méthode Quick and Dirty signifie “vite fait mal fait”. C’est développer un projet rapidement sans qu’il ne soit totalement abouti pour le tester. En informatique ou dans d’autres secteurs innovants, c’est développer des prototypes à la chaîne qui sont améliorés au fur et à mesure pour atteindre le résultat final. Cette approche permet de parfaire un produit pas à pas. 

Les avantages de cette approche 

Les investisseurs limitent au maximum le risque en n’investissant pas dans des solutions qui n’ont pas encore fait leur preuve. Ainsi, lever des fonds auprès d’investisseurs quand on démarre est un peu compliqué. C’est pourquoi, il est préconisé de commencer vite et mal. Puis, d’apporter les améliorations nécessaires jusqu’à avoir un produit qui trouve son marché. 

En créant des prototypes d’objets ou d’applications mobile, l’objectif est de tester la viabilité du projet avant d’y investir.

Par exemple, une start-up qui veut créer une application mobile va dans un premier temps réaliser une version test à moindre coût. En fonction du retour du marché, l’application pourra être améliorée. Ensuite, la start-up pourra commencer à chercher des futurs investisseurs pour sa nouvelle application. 

Tester son idée d’application est aujourd’hui facilité grâce à l’existence de nombreux outils tels Bubble.io, Zapier ou GoodBarber. Attention tout de même, car cette méthode Quick and Dirty ne fonctionne pas avec tous les projets possibles. 

Un outil de communication et d’échange efficace

La méthode Quick and Dirty est un outil de communication très efficace. Grâce à cette méthode, les entrepreneurs se concentrent sur les éléments clé du projet. Par conséquent, un temps précieux est gagné. Un premier lien avec le client est créé à travers les échanges fréquent afin d’obtenir des critiques constructives qui permettent de faire évoluer le projet. 

Quand commencer une levée de fonds ? 

Il n’y a pas une unique réponse qui correspond à toutes les start-ups. Mais il est préconisé de lever après avoir prouvé son concept afin d’amoindrir les risques d’échecs prématurés et la déception des proches qui auraient investi en love money. 

Grâce à la méthode Quick and Dirty, on comprend qu’en phase de création il vaut mieux se concentrer sur le coeur du projet et ne pas s’attarder sur les détails. Ce n’est qu’une fois la preuve de concept validée qu’il devient intéressant de se faire accompagner pour lever des fonds et c’est exactement ce que propose Advimotion

Advimotion, votre partenaire de croissance.